Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 08:31
SP68 2012, Arianna Occhipinti

Continuons avec les bouteilles à haute buvabilité!

Là, c'est une bouteille italienne, de Sicile plus exactement, un vin d'Arianna Occhipinti.

Arianna Occhipinti cultive en bio 10 ha de vignes et 15 ha d’oliviers dans le sud de la Sicile, près de Vittoria. Albanello et Zibibo pour les blancs, Nero d’Avola et Frappato pour les rouges. Ces cépages locaux plantés en altitude (près de 300 m) donnent à ces vins une fraicheur et une fluidité qu’Arianna accentue par ses vinifications respectueuses. Ici, jamais rien de démonstratif, tout est suggéré, retenu, comme le caractère taiseux des habitants de cette île.

SP68 2012, Arianna Occhipinti

.













Le vin se présente sous une belle couleur rouge rubis faisant penser au Pinot Noir.


Le nez est frais, relativement léger. On trouve des fruits rouges et de la garrigue. C'est assez simple, mais ça sent bon.


La bouche est fraiche, poivrée, fruitée (fruits rouges de nouveau, fraise, cerise). C'est assez délicat mais ça pêche peut-être un peu en longueur.


Un vin intéressant, hautement buvable, sans se prendre la tête...

Repost 0
leflacon, Cédric Blatrie - dans Red Wine
commenter cet article
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 22:30
Côtes du Rhône 2012, Domaine Jamet

Voici un domaine que j'apprécie particulièrement.
J'ai déjà eu l'occasion de rencontrer Jean-Paul Jamet et je dois dire que l'homme est comme ses vins, délicieux.

Ne parlons pas de Côte Rôtie aujourd'hui, mais de son "simple" Côtes du Rhône 2012 que je viens juste de rentrer en cave.

Autant dire que la buvabilité est impressionante...

Le nez est fruité, épicé, poivré, avec des petites touches de cuir et de violette! Aucunement lourd.
En bouche, la fraicheur est là, c'est juteux, velouté, avec de la violette, des épices et du fruit.

C'est très bon et ça se boit très très vite bien!

Repost 0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 21:55
Mas Jullien blanc 2011

Voici un des domaines les plus connus du Languedoc mais dont je parle peu... Quelques billets sur les "Etats d'âmes" (pas ceux du vigneron) la cuvée portant ce nom, mais jamais sur les cuvées phares.

Voici donc mon ressenti sur une bouteille ouverte samedi dernier en famille, un Mas Jullien Blanc 2011.

Le domaine est fondé en 1985 non loin de Montpellier et d'Aniane à Jonquières. Il est aujourd'hui composé d'environ 18 hectares de différentes parcelles.

Le blanc est produit à 8000 bouteilles par an.

Le vin est composé de grenache blanc et de carignan blanc majoritairement. A cela sont ajoutés la roussane, le viognier, le petit manseng et la clairette.

Les fermentations sont faites en fût et en demi-muid, de même que l'élevage qui se poursuit 12 à 18 mois. Les malos sont évitées sauf pour le carignan blanc.

Le nez est assez charmeur, sur les fruits blancs et jaunes, les agrumes et une pointe d'élevage bien intégrée.

En bouche, c'est relativement long. Le vin possède un joli gras, de beaux arômes sur le fruits jaunes et les agrumes.


C'est très frais et très bon!!!

Repost 0
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 21:38
Morgon Corcelette 2011, Daniel Bouland

Parlons Beaujolais... Mais pas nouveau celui-là!

Ce domaine est situé au hameau de Corcelette, sur la route de Villié-Morgon qui monte à Chiroubles. Les Bouland sont nombreux dans la région...Environ 6 hectares sont cultivés aujourd'hui par Daniel Bouland, qui fait tout quasiment tout seul (aidé partiellement par sa fille et un saisonnier).

Ici, pas de tracteur, de peur de tasser les sols.

Tout est manuel, et tout est cultivé en gobelet.

Les rendements sont modérés, les raisins cueillis à pleine maturité.

Le Morgon Corcelette est élaboré à partir des vignes les plus "jeunes" (qui ont tout de même au moins 50 ans!).

L'élevage se fait en foudre.

Le Vin:

Le nez se fait quelque peu discret. Il s'articule autour des fruits rouges (cerise, framboise), de quelques touches épicées et de réglisse.

La bouche est précise, droite, dotée d'une belle acidité. C'est bon!

On retrouve de nouveau les fruits rouges qui confèrent une belle matière au jus.

Une jolie bouteille!

Repost 0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 16:33

C'est un weekend sans neige qui me pousse à ouvrir cette bouteille. Quelques amis sont autour de la table, et quelques bouteilles sont ouvertes, dont ce Pignan 2003.

Les vins d'Emmanuel Reynaud se révèlent avec le temps. Je me dis que 11 ans plus tard, il est temps d'essayer, ou plutôt de ré-essayer (un an plus tôt, un Pignan 2003 bouchonné avait traversé la table pour finir à l'évier) ce châteauneuf.

Le vin est ouvert le matin vers 9h pour le soir 22h et épaulé.

Et ce n'est réellement que le soir et même plus tard dans la nuit que le vin s'est dévoilé.

Le premier nez évoque la confiture de fraise, et les fruits rouges. De légères épices s'y mèlent. A l' aération, cela devient plus complexe, avec des arômes de sous-bois, de rose, de boîte à cigare. C'est profond, aérien, très agréable et envoutant.

En bouche, l'alcool ne se ressent pas. Les fruits rouges (la fraise encore) sont bien présents. La fraîcheur est incroyable, et les tanins sont très élégants. La longueur est belle.

Une très belle bouteille qui gagnera en complexité au fur et à mesure de la soirée.

Pignan 2003, Château Rayas
Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 23:23

Mardi 21 janvier 2014.
Châteauneuf-du-pape. Centre-ville.

Nous avons rendez-vous avec le "pape" du Châteauneuf himself, Henri Bonneau (billet à venir).

En fin de visite, après avoir goûté 2013 (sur cuve), 2012, 2011, 2010, 2009 et 2007 (sur fûts!!), nous avons eu le privilège de déguster une Réserve des Célestins 2005... pour l'apéritif, comme nous l'a dit Henri Bonneau.

Le vin se montre tout de suite très engageant.

Les fruits rouges, un côté épicé et énormément de fraicheur se sentent dans le verre.

C'est vraiment très beau, très fin, mais en même temps très expressif.

En bouche, c'est superbe, le jus offre une finesse absolue, les fruits rouges sont encore là et cette fraîcheur aussi.

Magnifique de pureté et doté d'une longueur incroyable, ce Châteauneuf, typé Bonneau, est vraiment excellent!!!

Encore une fois, Merci Henri Bonneau de faire des vins si magiques!

Reserve des Celestins 2005, Henri Bonneau

Vous noterez que dans la cave, on est bien loin des domaines bordelais et de leurs chais aséptisés. Pourtant les vins qui sont produits ici sont magnifiques et ont ce supplément d'âme que peu de vins ont.

Reserve des Celestins 2005, Henri Bonneau
Repost 0
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 14:30

Je ne commenterai pas tous les vins de cette soirée, d'une part parce qu'il y en a eu beaucoup, et d'autre part parce que certains ont déjà été commentés dans ce blog. Je pense au VO de Selosse, à la Muntada 2002 du Domaine Gauby ou encore au Trevallon 1995.

Je me reserve donc ce dernier article pour un vin de la région de Bordeaux... mais un qui me tient à coeur, un domaine que j'affectionne pour la typicité de ses vins. Un Roc de Cambes 2000.
Je ne suis pas le premier à faire des éloges de Bordeaux, mais je dois dire que cette bouteille a certainement été l'un des grands rouges de la soirée, en tout cas, le vin complexe de la soirée.

Le nez était presque magique, fougueux, puis raffiné... des épices, du tabac, des fruits mûrs, des notes de moka, de graphite, de boite à cigares (et un côté mentholé?). C'est beau.

En bouche, c'est dans la même veine. Le vin est superbement construit, les tanins sont fins et cela s'articule autour des fruits rouges, du cuir, du graphite, du cacao et du graphite.

C'est relativement long... et bon!

Qui a dit que je n'aimais pas les Bordeaux?

Grand Chelem 2013 - Episode 4
Repost 0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 21:37

Nous passons à table pour l'un des plus beaux vins de la soirée.
Une bouteille magnifique, un Brézé du Clos Rougeard 2008.

L'ouverture se fait 2h avant de passer à table. Le nez est déjà relativement envoutant.

Fait incroyable, l'aromatique du vin remonte à mes narines alors que je suis en train de le servir.
Cela s'articule autour des fruits jaunes bien mûrs, l'amande amère, le citron confit et la pierre à fusil. C'est complexe et rudement charmeur.

Grand Chelem 2013 - Episode 3

La bouche est tout aussi magnifique. Au départ, le vin prend de la place en bouche, il tapisse bien le palais avec un côté riche sur les fruits jaunes.

Mais ensuite, le registre de la finesse, de la délicatesse entre en jeu. Une superbe tension se développe qui rend la finale interminable. C'est précis, complexe et magnifiquement bon!

Du grand art!

C'est une de mes meilleures bouteilles bues en 2013!!!

Repost 0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 22:29

Nous sommes encore à l'apéro, et je sers cette bouteille juste avant de passer à table. Comme ça. Pour elle même. C'est un vin que j'affectionne particulièrement, tant il a une identité, son identité.

Nous quittons donc la France pour l'Allemagne et plus précisément pour un Riesling Sharzoffberger Kabbinett 2009 d'Egon Muller.

Grand Chelem 2013 - Episode 2

A l'ouverture, c'est un ovni. Des notes "d'hydrocarbures" pètent dans le verre. La bouteille restera épaulée 3 heures et enfin, le vin est servi. Tout le monde se demande ce que c'est, les langues se délient et les verres se vident... vite!

J'ai l'impression que ça plait, bien que ce ne soit pas dans les standards.

Un très grand Riesling, à maturité. C'est pour moi énorme.
Le nez comme la bouche sont superbes mais pourtant bien différents. A l'olfaction, accompagnant ce côté hydrocarbure, des fruits jaunes, de la clémentine, des fleurs blanches... se réveillent dans le verre. Au goût, c'est plus sec, minéral, long et tendu.

Grand, grand, très grand!

Repost 0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 21:42
Grand Chelem 2013 - Episode 1

Le weekend dernier, quelques amis normands étaient à Lausanne.

Des retrouvailles en quelque sorte. C'était donc une bonne occasion d'aller chercher quelques bouteilles à la cave pour le repas du samedi soir. Ce fut un joli tour de France (et allemand) viticole.


Tout commence bien évidemment par l'apéro et pour cet apéro, un Egly-Ouriet 1er Cru, Vignes de Vrigny. Le nez est très agréable, sur les fruits jaunes, le miel et les fruits secs. La bulle est fine, très fine, l'amertume est belle et un côté crayeux très intéressant en font un très joli champagne.

Grand Chelem 2013 - Episode 1

Derrière ce champagne, c'est au tour d'un Chablis Vent d'Anges 2011 du Domaine de Pattes Loup d'être servi.

Et là, petite claque personnelle. C'est vraiment très bon. Le nez, sur les agrumes (citron, pomelo), les fleurs blanches et quelques fruits jaunes à l'aération est un modèle.

La bouche est tout aussi belle, droite, longue (on retrouve les agrumes), dotée d'une belle acidité, très fraiche avec un finale saline très agréable. Un très très beau Chablis village.

Repost 0

Présentation

  • : Le Flacon
  • Le Flacon
  • : Blog sur la vigne et le vin. Mes découvertes, mes déceptions, les wine-tasting à la maison...
  • Contact

Recherche