Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 09:41
Dégustation de Noël à Epalinges, Suite, Vins Rouges!

Il était temps, voici le suite de cette dégustation de Noël... et voici donc les vins rouges. 
Pas sûr que tout le monde suive... Voici le lien de la première partie:
 

C'est ICI

Premier rouge de la soirée (ou plutôt journée?) révèle de jolis fruits rouges, des épices (poivre), les herbes séchées ainsi qu'une note de fumée froide.
C'est relativement complexe.

La bouche est lardée, de nouveau sur la fumée froide et encore très fraiche.

Une très jolie bouteille, une Côte Brune 1998 du Domaine Jamet.

 




 

Ensuite, le vin semble encore une fois plutôt sudiste. 
On est sur les fruits noirs mûrs, les fruits rouges (framboise, cerise) et un côté très charmeur.
Le vin n'en fait pas trop, cela semble très bien équilibré.

En bouche, on retrouve la cerise mûre, tirant sur la cerise noire. 
C'est souple, profond et très frais... la garrigue au lever du soleil en quelque sorte.
La longueur est superbe.

Il s'agit de la Grange des Pères 2006.

 

 

Afin d'accompagner ces deux belles bouteilles, une très jolie assiette de crosnes et girolles servie à 16h30... heureusement que nous avons commencé tôt.

 




 

On enchaine avec une série de 4 vins, qui restera longtemps dans les mémoires... 
Un moment de dégustation rare et intense, qui a fait vibrer tous les convives autour de cette belle table.

On commence cette série avec une bouteille qui évoque les sous-bois, un côté végétal, sur la feuille, la framboise et les fruits rouges... Ca pinote sur l'humus...
La bouche est encore bien fraiche, le vin possède encore une jolie acidité.

C'est un Echezeaux 1969 de Leroy SA.

 




 

Nous continuons avec un vin qui semble plus jeune.
Le nez est fumé, sur les fruits mûrs. C'est plus chaud.

La bouche est beaucoup plus fraiche, sur les fruits rouges (framboise et cerise) et la fumée froide.
La fin de bouche est superbe, sur les fruits rouges croquants.
C'est gourmand.

Très belle bouteille.
Un Clos de la Roche 2009 du Domaine Dujac.

 




 

Troisième bouteille de la série.
Un vin qui joue dans le même registre, mais qui semble un peu plus à point que la précédente.
Un nez envoutant sur les fruits rouges qui fait pinoter dans le verre!
La bouche est tout en finesse, ciselée, équilibrée et dotée d'une belle acidité.
Une superbe bouteille!

C'est un Chambertin 1996 du Domaine Trapet.

 




 

Puis la dernière et certainement la plus belle... de ma vie de dégustateur.

Le nez est clairement sur la framboise. 
C'est plein, doté d'un côté fumé, torréfié et lardé.
C'est très complexe et très envoutant!

En bouche, quel fruit, bien rouge ce fruit!
C'est croquant, dense et plein de chair.
Quelle mache!
Les fruits rouges, c'est évident, puis arrivent tout une série d'arômes, mais surtout différentes émotions.
Il me faut quelques secondes pour reprendre pied.
C'est étonnant, une suite d'images est passé dans ma tête et je suis réellement ému de goûter ce vin. Je ne crache rien.
Le Graal?

Peut-être pas le Graal, mais une immense bouteille qui procure un immense plaisir, mais surtout, de réelles émotions.
La chaleur d'un repas de famille au coin du feu, la fougue d'une soirée entre amis, mais toujours près du feu, le partage durant l'enfance de framboises du jardin, la chaleur d'un été quand on sort de l'eau sous un soleil de plomb... et l'image de ma grand-mère paternelle, un soir de 31 décembre avec ma soeur.
Juste ça...

Romanée-Saint-Vivant 2009 du Domaine Leroy

 




 

Une autre bouteille arrive sur la table.
Le nez évoque le tabac, les fruits noirs, un côté corsé, réglissé.
La bouche est encore bien fraiche, dotée d'une belle acidité et de jolis tannins encore bien présents.
C'est relativement dense et la longueur est incroyable.

Il s'agit d'un Barolo Falletto di Serralunga 1986 de Bruno Giacosa.



 

Le splendide veau et son jus truffé, puis le magnifique filet de chevreuil accompagneront parfaitement ces bouteilles incroyables.

 


 




Il est 19h30... besoin d'une pause.

Repost 0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 20:42

Voilà une vigneronne qui a du talent...
Magnifique Fleurie, sur le fruit et les épices.

La bouteille mérite un peu d'aération, mais ensuite, le Gamay est frais, plein d'énergie et de vitalité.

Dans le verre on retrouve la fraise et la framboise et en bouche, c'est plein de fraicheur. 
La longueur est belle et le toucher de bouche bien agréable... 

On s'évade gentiment, on se perd dans cette corbeille de fruits rouges et on est rattrapé par la pureté du jus. Ca fait du bien de boire ce genre de Beaujolais.


Un Gamay complexe, en toute simplicité en quelque sorte.
Une belle bouteille!
 

Fleurie, Chavot 2014, Julie Balagny
Repost 0
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 22:14

Voilà un domaine à découvrir pour ceux qui ne savent pas que Philippe Valette fait du vin... et de superbes vins.

Il travaille du côté de Mâcon, et son Mâcon-Chaintré 2011 est superbe.
Le nez est plein de fraicheur, sur la pomme Granny, les fruits jaunes mûrs et la pierre à fusil.

La bouche est fraiche, salivante, grâce à une finale saline. 
C'est plein de jus, de sève et d'énergie.
Bref, une très jolie quille, qui se terminera relativement rapidement une fois ouverte...

A privilégier en magnum!
 

Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 22:51

It is clearly one of the best Rosé I tried in my entire life of winetaster!

Here is the Tavel from l'Anglore, owned by Eric Pfifferling.

The colour is not rosé, much more red and it could be very strange at the beginning.
But after this, when you smell and taste it, it is amazing.

The nose reveals red fruits, spices, flower, vegetal notes... it is really complex, and the flavours are precise.
It smells very good!!

The palate is very fresh, around red fruits and spices. It is intense, with a nice length.
I like this freshness and the intensity of this wine.

A great one!!
Very drinkable!! ;) 

Repost 0
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 21:49
Dégustation de Noël à Epalinges... Vins Blancs!

C'est dimanche 11 décembre 2016, que Steffen nous a donné rendez-vous, à 12h30 précises, pour une dégustation de Noël toute particulière.

Au menu, 12 plats, quelques entrées, quelques plats, un plateau de fromages et 4 desserts.
Bref, du travail sur la planche... Pour accompagner tous ces mets, quelques bouteilles... d'anthologie... servies à l'aveugle!

 

Tout commence tranquillement, avec un Chasselas sur granites 2013 de Steve Bettschen. Le vin est très beau, tout d'abord sur des notes d'agrumes, légers de citron, puis floraux. C'est très agréable et pas too much!
En bouche, c'est frais, digeste, avec un joli gras et une belle longueur... il faudra un peu de temps pour trouver le cépage, car le vin n'est pas très variétal.


 

Nous passons à table, avec à la main, une superbe bulle. Le nez est superbe, révélant le zeste d'orange et quelques effluves légèrement oxydatives. C'est très noble, pâtiné et profond.
La bouche, quant à elle, n'est pas en reste.
C'est fumé, épicé et doté d'une bulle très énergique, mais fine.
La fin de bouche est crémeuse et vineuse.
Superbe.

Tout le monde est d'accord pour dire que c'est un grand champagne...
Il s'agit effectivement d'un Champagne Brut Grand Cru Egly-Ouriet 2002.

Avec cette belle bouteille, est servi un "Velouté de butternut aux arômes d'ici et d'ailleurs" (je reprends les termes de notre hôte!).


 



 


Ensuite, pour accompagner un "Bouillon de romaine glacé et Royale de Foie gras", deux vins aux antipodes l'un de l'autre.

Le premier, au nez frais, doté d'une belle finesse agrémenté de notes de noix fraiches.
La bouche est clairement sèche, très fine et révèle ces arômes de noix.
La longueur est belle, c'est élégant et très typé Savagnin... raté, ce n'est pas du tout ça.
C'est un Sauvignon/Sémillon, un Laville Haut-Brion 1996.

 


Le second, d'une couleur presque rosée, évoque la fraicheur, sur la pomme verte et le fruit mûr.
En bouche, on retrouve un côté tannique, dû très certainement à une macération longue des raisins. Des notes de vanille arrivent en fin de bouche. C'est frais et dévoile une acidité bien marquée.
Difficile de deviner, il s'agit d'une Muntada Blanc 2011 du Domaine Gauby.

 


Malheureusement, une bouteille qui ne se mariera pas forcement très bien avec le superbe plat proposé. Plein de fraicheur, ce bouillon glacé est exquis et les quenelles de royale de foie gras amènent juste ce qu'il faut de saveur et de douceur pour sublimer l'assiette.
 

 


Puis, nous enchainons avec un vin mûr, sur la tarte au citron meringuée, l'orange amère et des arômes exotiques. La bouche est fraiche, révélant les fruits mûrs. Je retrouve de nouveau la tarte au citron...
Très belle bouteille, qui nous amène clairement en Alsace, plus précisément chez Marcel Deiss. Il s'agit d'un Grand Cru Altenberg de Bergheim 2008.

 


Ce vin est servi pour accompagner une "St Jacques juste poélée accompagnée d'un condiment betterave et vadouvan". Le plat est sueprbe et le sucré de la betterave se marie extrêmement bien avec ce Grand Cru d'Alsace.

Ca continue très fort!

 

 



Le prochain plat est un "Bar de ligne, réduction de Safran et fregola sarda".
Plat qui se révèle sublime (et je pèse mes mots), tant la réduction de safran est expressive et se marie magnifiquement avec la fregola et le bar. Le jeu des textures est très intéressant.

Pour accompagner cette superbe assiette, deux vins.

Le premier est beurré, sur la noisette et le pralin. Je trouve cela très intéressant et expressif d'un beau terroir.
La bouche est pleine, fumée, sur des amers légèrement prononcés. La fin de bouche laisse un léger côté métallique en bouche, mais qui disparaitra à l'aération. Le temps dans le verre lui fait beaucoup de bien et dévoile une énorme bouteille.
Nous partons en Bourgogne, clairement, sur une belle appellation.

Il s'agit d'un Puligny-Montrachet Les Enseignères 1997 du Domaine J.F. Coche-Dury.

 



Le deuxième verre, plein de fraicheur (je lui trouve un côté menthol, voire menthe froissée), évoque la paraffine et... le tuyau d'arrosage chauffé par le soleil (je précise, ça n'a rien de péjoratif). C'est très intéressant.
En bouche, c'est très frais, sur les agrumes et un très joli gras. L'acidité n'est pas énorme, plutôt retenue, mais le vin en son ensemble est très très joli.

 

Il s'agit d'un Chateau Grillet 2010. Très beau!
 

 


Nous en avons fini avec les blancs... Il reste encore du travail, à peu près 7 rouges, et quelques raretés...
Suite au prochain épisode.

Repost 0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 21:47


J'apprécie particulièrement les vins de Fanfan Ganevat.
Cet été, j'ai été surpris par la cuvée "J'en Veux Encore".

Digne héritière de la cuvée "J'en veux" avec son étiquette qui a beaucoup fait parler d'elle (celle-là n'est pas mal non plus!!), elle est encore plus expressive (la cuvée bien entendu!!). Elaborée à partir de Gamay, de Poulsard et d'autres cépages jurassiens comme l'Enfariné ou le Beclan, elle offre un fruit éclatant, une belle profondeur et une superbe matière.
C'est plein de fraicheur et se boit relativement facilement... Attention danger...

 




Rémi Pedreno est un grand vigneron!! En tout cas un vigneron que j'apprécie.
J'avais laissé de côté ses vins ces derniers temps au profit de nouvelles découvertes mais une soirée autour d'un côte de boeuf me poussa à ouvrir un Roc d'Anglade 2012.

Quelle belle surprise.
Un nez plein, plein d'arômes de fruits rouges, d'épices, de romarin, de thym et de garrigue.
C'est fait à partir de Grenache, de Syrah, de Mourvèdre et de Carignan.
En bouche, le toucher est soyeux, précis et frais.
Aucune lourdeur pour cette bouteille complexe et dotée d'un superbe fruit.

A refaire!!

Repost 0
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 23:07



Cela fait plus de 5 mois que ce blog n'avait pas été alimenté.

Afin de réparer ces mois d'errance et de dégustation sans commentaire, voici plusieurs billet représentant une petite retrospective des bouteilles qui m'ont marquées... et surtout les domaines découverts durant cette période.

Bon voyage au coeur de bouteilles, toutes au moins Bio, voir Biodynamiques ou Natures!


 

Champagne Chartogne-Taillet, Sainte Anne Brut

Voici une très belle découverte avec ce domaine de 11 hectares dans le respect total de la vigne.

Voici ce que leur site raconte au sujet de la vigne:
Notre objectif est de permettre à chaque plante de s'épanouir dans le milieu où elle grandit.

• Eviter le tassement : Le travail à cheval remplace doucement les machines, laissant alors à la plante un sol aéré, dans lequel la circulation de l'eau, les échanges entre la faune et la flore sont optimums.

• Les produits issus de la chimie comme les herbicides sont bannis, pour que cette faune et cette flore fournissent à la plante la capacité de remonter une sève représentative du milieu.

• Exploiter la richesse de nos sols : Le sol abrite des centaines de variétés d'herbes, qui sont un indicateur de la santé du sol, ces herbes naturelles poussent pour nous aider à comprendre la santé de notre sol.

• Faire confiance à l'Homme : Remplacer l'Homme par la machine permet de gagner du temps, mais impacte souvent négativement cette nature qui nous nourrit. La machine n'est utilisée que si son intervention est justifiée par un avantage pour la plante, le sol ou le raisin. Les Hommes et Femmes de la maison sont primordiaux pour l'accompagnement optimum de la plante et de ses fruits.

• Le raisin : A la fin de l'année, le raisin vendangé à la main et à maturité est acheminé rapidement jusque nos pressoirs, pour ne pas altérer sa qualité, et obtenir des jus fins et précis. Aucun traitement (sauf addition de Bisulfite à la vendange) ne sera appliqué au vin, pour respecter le travail de la nature.


En cave, c'est pareil, il n'y a que du raisin!

Cette cuvée Sainte Anne est vraiment réussie, pleine de fraicheur, de salinité et de buvabilité.
Un très bela assemblage, qui peut changer chaque année. C'est la seule cuvée du domaine non millésimée.
Le vin offre une belle longueur qui lui permettra d'être un bel accord à un apéritif dinatoire.

 

 

Comment oublier les vins d'Eric Pfifferling...
Depuis mon silence, quelques bouteilles de l'Anglore ont été bues.
Eric Pfifferling possède aujourd'hui environ 7 hectares sur Tavel conduites en agriculture biologique (domaine certifié Ecocert).

Le résultat est superbe et relativement loin de ce qu'on trouve "habituellement" dans la région de Tavel... et ça fait du bien!

C'est le cas de ce "Nulle part ailleurs 2014", bu en présence de quelques amis. Je me souviens d''une superbe fraicheur, d'un bel éclat et d'un fruité gourmand.
Un vin plein d'énergie et lumineux.
Elaboré à partir de Grenache Noir et de Mourvèdre, le vin ne présente aucune lourdeur.

Des bouteilles qui font plaisir, à partager entre amis, avant d'ouvrir un Tavel du même auteur, une cuvée "Traverses" ou encore une "Pierre Chaude".
Glou!

Repost 0
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 21:26
Fred Merz / Rezo.ch

Fred Merz / Rezo.ch

Une nouvelle fois, me voici à Fully le 11 juin dernier afin de goûter les vins de Marie-Thérèse Chappaz.

Nouvelle rencontre, nouveau millésime, nouvelles émotions.

Tout commence avec 3 Fendants (Chasselas)

Marie-Thérèse Chappaz / Juin 2016

Fendant Liaudisaz 2015
Le nez est assez floral, végétal (tilleul) et sur la mandarine.
C'est assez délicat et cela sent relativement bon.
La bouche est fraiche, friande, sur des notes de citron.
Le vin évoque une belle minéralité, avec une finale sur légère pointe saline, qui fait saliver.

Très bien.

Fendant Coteaux de Plamont 2015
Le nez est relativement discret, sur la craie et la poire.
La bouche est fraiche, minérale et relativement droite (peut-être encore un peu austère).
On retrouve le citron et une acidité marquée.
Je suis moins séduit que sur Liaudisaz en l'état.

Fendant Président Triolet 2015
Le nez est de nouveau assez discret.
Cela s'articule autour de la poire, le citron et le calcaire.
La bouche est sur les agrumes (citron), mais aussi une pointe de banane (?).
La final est fraiche et minérale.

Marie-Thérèse Chappaz / Juin 2016

Grain Cinq 2015
Ermitage, Petite Arvine, Païen, Pinot Blanc, Sylvaner
Le nez est sur la crème de citron, la mandarine et un côté végétal très frais.
On a une très jolie aromatique.
En bouche, on retrouve la fraicheur, les fruits exotiques et le bonbon anglais.
Le toucher de bouche est soyeux, c'est relativement complexe.
Belle bouteille.

Grain Ermitage 2014
Marsanne
Le nez est franc, sur le beurre, la poire, le sapin et la fumée froide.
Avec l'aération, on retrouve aussi des notes plus exotiques.
En bouche, on a un côté tourbé, des notes fraiches de poire et une superbe longueur.
C'est relativement complexe et c'est très bon!

Liaudisaz Rosé 2015
Pinot Noir, Merlot
Le rosé du Domaine.
Le nez s'articule autour du bonbon anglais, la cerise, la fraise et un côté acidulé.
La bouche est fraiche, sur le bonbon anglais et l'orange sanguine.
C'est vif!

On passe aux rouges!!

Grain Gamay 2015
Gamay
Le nez est profond, sur la violette et la cerise.
Ce n'est pas très variétal, mais cela sent très bon!
La bouche est très fraiche, sur la cerise.
On retrouve aussi un côté végétal, tisane et le vin possède une belle acidité.

Nature 2015
Assemblage de plusieurs cépages.
On retrouve tout d'abord les fruits rouges, les épices, puis un côté herbes fraiches.
En bouche, c'est épicé, voire acidulé.
C'est frais, plein d'énergie.
Une jolie bouteille.

Marie-Thérèse Chappaz / Juin 2016

Grain Nature 2015
Assemblage de Pinot Noir et Gamay.
Le nez évoque le yaourt à la framboise... On a un côté lacté et un joli fruit.
Un léger côté boisé ressort du verre, signalant qu'un petit moment en cave lui fera du bien.
La bouche est très fraiche, sur la framboise.
Le vin possède une belle longueur et le toucher de boucher est remarquable!
Très joli!

La Petite Grange 2015
Gamaret, Doilinoir, Gallota, Cabernet Franc, Pinot Noir et Gamay.
Autant le 2014 ne m'avait pas convaincu, le 2015 se montre superbe.
Le nez est sur les baies rouges, les épices et le menthol.
C'est frais et c'est très engageant.
La bouche est belle, épicée, sur les fruits rouges.
Le vin possède une belle fraicheur et une belle acidité.
Très jolie longueur!

Marie-Thérèse Chappaz / Juin 2016

Ensuite, les Pinots...

Grain Pinot Les Darrhes 2015
Le nez est superbe, sur les petits fruits rouges et les épices.
Ca pinote clairement.
En bouche, on retrouve de nouveau les fruits rouges et les épices.
C'est très élégant, doté d'un superbe toucher de bouche et de jolis tannins.
Très belle bouteille qui semble déjà presque prête à boire!

Grain Pinot Chamoson 2015
Le nez s'articule sur les fruits rouges, les épices et une touche de badiane.
La bouche est fraiche, sur les fruits rouges et une touche végétale.
Les tannins sont fondus et la longueur est belle.
Cependant, Chamoson semble moins prêt en l'état que les Darrhes.

Grain Pinot Charrat 2015
Le nez évoque les fruits rouges les épices et une touche de cannelle.
C'est assez sauvage mais très prometteur.
La bouche est jeune, mais superbe.
On retrouve la cerise, la framboise et les épices.
C'est un peu fermé, mais semble avoir un énorme potentiel!!
La longueur est superbe!
Très beau pinot qui gagnera à vieillir quelques années en cave.

Marie-Thérèse Chappaz / Juin 2016

Grain Noir 2014
Cabernet Sauvignon, Merlot et Cabernet Franc.
Le nez est très expressif.
Il évoque, la myrtille, la mûre et un côté très frais mentholé.
La bouche révèle les épices et les fruit rouges.
C'est frais et juteux.
La longueur est belle.

Grain Mariage 2015
Humagne Rouge et Cornalin
Le nez est très joli, sur la cerise, la fumée froide et des notes de glycérol.
La bouche est vineuse.
On retrouve les fruit rouges.
Les tannins sont assez présents et la finale est un tout petit peu courte, sur une légère astringence.
C'est bon, mais peut-être que j'en attendais plus.

Pas de prises de notes sur les blancs sucrés... mais c'était encore une fois très bon.
Aucune lourdeur dans ces jus, c'est superbe.

Un grand merci à Marie-Thérèse et toute son équipe pour cette superbe dégustation!!

Repost 0
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 22:32
Savoir enfin qui nous buvons

C'est l'histoire d'un comédien qui parle de vin naturel...

Sébastien Barrier a découvert par hasard le vin naturel et a décidé d'en parler autour d'un spectacle. Je n'ai pas eu la chance de le voir, il parait que ça peut durer plus de 5 heures durant lesquelles il parle de vin et les fait gouter.


Mais j'ai lu son livre.

C'est tout d'abord un bel objet.
L'écriture est très agréable.
Une sorte de plaidoyer du vin naturel, ou comment le vin l'a sauvé de l'alcoolisme.
Sébastien nous emporte, dans sa "queue de comète" au gré de ses aventures vinicoles et nous fait vivre ses rencontres avec les vignerons, ses périples dans les différents domaines qui l'ont accueilli.

De ce point germe un idée de spectacle autour de ces vignerons et de leurs vins.
Sébastien Barrier nous narre la façon dont son spectacle s'est construit.


A tous les amateurs de vins vivants, je ne peux que vous conseiller ce bouquin... N'oubliez pas de vous équiper de quelques canons des vignerons cités dans le livre. Ca vous permettra d'illustrer les propos de l'auteur.

Savoir enfin qui nous buvons



Lors de la dernière Dive Bouteille, nous avons beaucoup parlé de ce livre et nous avons même rencontré quelques protagonistes du livre: son "frère par processus d'adoption", Mathieu, ainsi que ses parents et certains vignerons.


Ca devrait se trouver dans toutes les bonnes librairies et c'est publié chez Actes Sud.
Bonne lecture

Savoir enfin qui nous buvons
Repost 0
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 22:38
Une soirée autour de la Loire... Boire du Clos Rougeard

Dimanche 24 avril dernier, nous nous sommes retrouvés autour de quelques bouteilles de Loire. Tout fut servi à l'aveugle.

Le but était de mettre en avant des vins qui le méritent et dont on parle moins en Suisse.
Nous étions 12 autour de la table.

Dans cet article, comme un hommage à Charly, je ne parlerai que des vins du Clos Rougeard qui ont été dégustés ce soir-là. Les autres vins seront décrits plus tard.

Nous avons dégusté :

- Brézé 2009

- Clos 2008, 2009, 2010
- Les Poyeux 1995, 1996 et 2004

Commentons les rouges...

Une soirée autour de la Loire... Boire du Clos Rougeard

Clos Rougeard 2008

Le nez est tout de suite envoutant, profond, sur la framboise et la cerise. C'est très élégant et n'en fait pas trop.

La bouche possède un superbe toucher, c'est soyeux et ça enrobe parfaitement le palais. On retrouve la cerise, une touche de poivron grillé, la framboise et une touche d'élevage.
Le vin possède une belle longueur et se termine par de jolies notes épicées.

C'est déjà très gourmand!!

Clos Rougeard 2009

Le nez est frais, fruité, sur la framboise, la fraise et la cerise.

La bouche est fraiche, gourmande, sur les fruits rouges.
Le vin possède une belle acidité et une jolie finale sur les herbes fraiches et l'humus.
La longueur est superbe.

Glou!

Clos Rougeard 2010

Le nez est un poil plus jeune.
Il s'articule autour des fruits rouges (cerise, framboise), du menthol et l'eucalyptus.
C'est frais et élégant.

La bouche est belle, sur les fruits rouges et noirs, complexe et fraiche.
L'élevage est moins présent que sur 2008.

Une belle bouteille qui gagnera à vieillir.

Une soirée autour de la Loire... Boire du Clos Rougeard

Clos Rougeard, Les Poyeux 1995

La robe est légèrement évoluée.
Le nez révèle les fruits rouges mûrs, les épices et le menthol.
C'est relativement complexe et envoutant.

La bouche est fraiche, encore jeune, laissant s'exprimer les fruits rouges, les épices, dont le poivre blanc et la menthol.
Le vin possède une belle longueur, quoiqu'un poil asséchante, si on cherche un défaut.

Une très grande bouteille

Une soirée autour de la Loire... Boire du Clos Rougeard

Clos Rougeard, Les Poyeux 1996

Le nez est assez floral, sur l'oeillet puis s'exprime autour des fruits rouges acidulés.
C'est superbe.
On prend son temps...
La complexité et le plaisir sont là.

En bouche, on retrouve les fruits rouges, mais aussi ce côté floral.
C'est plein, intense, doté d'un élevage bien intégré.
La fin de bouche évoque la fumée froide et possède une superbe longueur.

Le vin semble être prêt pour la soirée.
A son apogée!!

Une soirée autour de la Loire... Boire du Clos Rougeard

Clos Rougeard, Les Poyeux 2004

Le nez libère de légères notes de volatile, en aucun cas gênantes, des fruits rouges, des épices et un côté frais (menthol).

C'est relativement complexe.
En bouche, c'est frais, croquant.
On retrouve les fruits rouges (cerise) et les épices (poivre blanc).
C'est encore un peu jeune, mais déjà très bon.
C'est juteux et doté d'une belle longueur...

Un grand vin en devenir.

Pour conclure,
On peut sans aucun doute dire que le Clos Rougeard est un immense domaine et qu'en étant patient, Les Poyeux offrent énormément de plaisir.

Cette cuvée semble encore un cran au-dessus du Clos, c'est en tout cas ce que tout le monde a signalé à l'aveugle.

Bravo!
Merci les Frères Foucault!

Repost 0

Présentation

  • : Le Flacon
  • Le Flacon
  • : Blog sur la vigne et le vin. Mes découvertes, mes déceptions, les wine-tasting à la maison...
  • Contact

Recherche